Simulateur de vol magazine


Ce magazine se positionne sur l'apport en connaissances techniques appropriées aux possibilités de simulateurs, pour certains offrant le mode réseautage pour une navigation on-line sur internet, la toile des toiles.

Souscrire

* Soyez prévenu du lancement officiel

Magazine en ligne dédié au simulateur de vol sur Pc, Mac et Linux

Magazine en ligne dédié au simulateurs de vol sur Pc, Mac OS X, Linux, Android, Apple IOS et consoles de jeux


Lancement prochain de notre site, un magazine en ligne qui sera entièrement dédié au monde des simulateurs de vol sur de nombreuses plateformes. Testes, revues et avis des logiciels, joysticks et manettes, applications mobiles et bien d'autres goodies encore !

Simulation de vol

Jeux et logiciels

Avis et revue des différents jeux de simulations de vol, les logiciels de gestion des vols et des appareils, réglages des paramètres pour simuler un vol parfait, etc.

Joysticks et manettes

Tests et avis des joysticks, manettes, palonniers et commandes de vol pour choisir les meilleurs commandes de vol en fonction de votre simulateur et votre style de pilotage.

Applications mobiles

Revue des applications de simulation de vol pour appareils mobiles (tablettes et smartphones) Google Android, Apple IOS et Windows. Comparatif des meilleursirs apps pour piloter !

Qu'est-ce qu'un simulateur de vol ?


Les simulateurs d'avion ou les simulateurs de vol essaient de répliquer et de reproduire l'expérience de pilotage d'un avion. Les simulateurs vont des jeux sur ordinateur aux cockpits de grande taille sur des vérins hydrauliques avec une technologie informatique de pointe. Ils sont aujourd'hui largement utilisés dans l'industrie aéronautique pour la conception ainsi que pour la formation des équipages d'avions civils et militaires.

Les simulateurs d'aéronefs se sont avérés être un élément essentiel de la formation au vol pour les pilotes de l'aviation générale, les pilotes militaires à réaction et les équipages de ligne. Les simulateurs de vol permettent d'économiser du temps et de l'argent tout en augmentant la sécurité. Les simulateurs de vol peuvent être utilisés pour former les équipages de vol aux procédures d'exploitation normales et d'urgence. Les pilotes sont capables de simuler des situations dangereuses dans l'avion lui-même. Il peut s'agir de pannes de moteur ou de dysfonctionnements des systèmes de l'avion tels que l'électricité, l'hydraulique, la pressurisation, les instruments de vol, etc. Ils sont également utilisés pour mettre en œuvre des programmes de facteurs humains tels que la gestion des ressources de l'équipage et la gestion des menaces et des erreurs. Il a été mentionné que le coût d'exploitation d'un simulateur de vol, même le plus haut de gamme, se situe à 1:40 par rapport au coût de formation sur un vrai Boeing 747.

Histoire du simulateur de vol

Pendant la Première Guerre mondiale et par la suite, un certain nombre d'appareils électromécaniques ont été utilisés pour enseigner aux pilotes les mouvements de base du pilotage et l'utilisation des mitrailleuses. Le Link Trainer produit par Edwin Link disponible en 1929 a été produit avec une plate-forme de mouvement pneumatique entraînée par des soufflets donnant le tangage, le roulis et le lacet sur lesquels un cockpit générique était installé, ce qui a été utilisé pour enseigner aux pilotes à voler aux instruments d'une manière moins coûteuse et moins dangereuse. Quelque 10 000 simulateurs ont été utilisés par les pays alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale. L'autre grand simulateur militaire de l'époque était le Celestial Navigation Trainer à quelque 13,7 m de haut, qui pouvait accueillir tout l'équipage d'un bombardiers pour apprendre à piloter et gérer des opérations nocturnes. Au début des années 1940, des ordinateurs analogiques ont été utilisés pour produire les équations de vol, ce qui a donné naissance aux premiers simulateurs de vol électroniques. En 1948, Curtiss-Wright a livré à Pan America le premier simulateur complet appartenant à une compagnie aérienne, pour le stratocruiser. Il n'y avait pas d'affichage visuel ou de mouvement, mais tous les instruments du poste de pilotage fonctionnaient bien et les équipages l'ont trouvé très efficace.

Les premiers systèmes visuels utilisaient une caméra qui répondait aux sollicitations du pilote et qui volait au-dessus d'un modèle de terrain, puis l'image était transférée au pilote. L'utilisation des ordinateurs numériques a rapidement suivi dans les années 1960. Les simulateurs de mouvement complet sont apparus dans les années 1950 ; en 1954, la Link Division de General Precision Inc. a mis au point un simulateur de mouvement fournissant 3 angles de mouvement en 1964, des versions plus compactes pouvaient atteindre 10 angles. En 1969, les simulateurs de ligne aérienne ont commencé à être construits sur des vérins hydrauliques produisant six niveaux (roulis, tangage, lacet, latéral, longitudinal et vertical).

Crédit de temps de vol et temps de vol nul

Les pilotes sont limités à certains simulateurs pour créditer le temps de vol aux instruments dans leur carnet de bord. En Nouvelle-Zélande, les pilotes ne peuvent consigner que le temps de formation requis dans des simulateurs certifiés par la CAA. Il faut prouver que les performances du simulateur correspondent à celles de l'aéronef simulé. Le simulateur le plus performant est le simulateur de vol complet de niveau D qui peut être utilisé pour la conversion sans temps de vol de pilotes expérimentés d'un type d'avion à un autre similaire, ce qui signifie que le temps de vol du pilote est sous la supervision étroite d'un commandant de bord instructeur sur un vol commercial.